Contributions de Grégory Marion
  • Design vif & fonction anomale, in Design & industrie à l’ère de l’Anthropocène

    Dans ce texte fondateur du design historique qu'est « Nouvelle méthode d’approche. Le design pour la vie » (1947), László Moholy-Nagy dégage l'attitude si particulière d'un designer, engagé — comme artiste — dans l'industrie. Cette position se lie à son instinct intégrateur, qui le rend capable de saisir des éléments en apparence disparates, d'embrasser et d'opérer la synthèse entre des problèmes relevant de la civilisation de la machine et des problèmes ouverts par l'éducation artistique, amenant à des préoccupations d'ordre philosophique et anthropologique. Au fondement de cette conjugaison de facteurs, qui ne va pas sans poser des difficultés de méthode, se trouve un motif, une orientation profonde et insistante chez l'auteur : *pour la vie*. L'article propose une lecture du texte de Moholy-Nagy en résonance avec quelques passages des travaux contemporains de Canguilhem, dans l'*Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique* (1943). L’artifice de cette affinité postulée entre les deux textes permettra d’insister sur un double trait réflexif propre à la position pratico-théorique de Moholy-Nagy. Le premier est *nécessaire*, il concerne la force formatrice de la conception, la visée d'une « qualité objective » ou « coïncidence optimale ». Le second, lui, apparaît *décisif*, il porte sur la délicatesse de la décision prudente face à des problèmes de type non-catégorique, il s'agit de la part non-modélisable que Moholy-Nagy appelle les « impondérables » ; l’aspérité de ce qui résiste à l'évaluation, c’est-à-dire l’anomal indiscipliné qui travaille, aujourd'hui encore, opiniâtre, la pratique du designer vif, adoptant une *attitude*.